Intercultural communication and competence in mobility

La communication interculturelle et les compйtences dans la mobilitй

L’interculturalitй se dйfinit comme un ensemble d’interactions entre des individus ou groupes d’individus appartenant а des communautйs spйcifiques et ne partagent pas les mкmes rйfйrences socioculturelles.

En contact avec un membre d’une autre sociйtй, l’utilisa teur du stйrйotype pense procйder а une simple description. Il tend а interprйter les messages verbaux ou gestuels de l’autre, en gйnйralisant ses comportements, qualitйs, dйfauts, rйsumйs а la notion de « mentalitй », et en rйduisant cet йtranger et ses conduites а quelques traits typiques collectifs. Le stйrйotype est donc le rйsultat d’un double processus : simplifier la complexitй de la personnalitй de l’autre et projeter la grille socioculturelle, qui est en fait celle de l’observateur, censйe caractйriser l’autre groupe observй,

«la formule stйrйotypйe, qui fait partie du savoir commun d’une communautй donnйe, fonctionne ainsi comme un indice qui signale une double relation : celle rattache l’individu а un groupe donnй et celle qui distingue celui-ci d’autres groupes sociaux» [1, 21].

Une culture est un ensemble de pratiques communes, de maniиre de voir, de penser et de faire, qui contribuent а dйfinir les appartenances des individus, c’est а dire les hйritages partagйs dont ceux ci sont les produits et qui constituent une partie de leur identitй. La diffйrence entre les gйnйrations, dans les sociйtйs dйveloppйes, se marque aujourd’hui par une diffйrence des pratiques culturelles, des modes de pensйe, des maniиres de vivre.

Quand on apprend une langue йtrangиre, c’est l’interculturel qui est en jeu, et nullement l’international. Certes, on vise une communication, donc une capacitй technique, mais qui ne saurait кtre purement linguistique et formelle, sinon l’espйranto suffirait. On cherche aussi а respecter chacune des cultures, des croyances, chacun des modes de vie, а aller vers un mйtissage possible sans abandon de son identitй. Apprendre une langue йtrangиre c’est affirmer а la fois sa propre identitй et celle de l’йtranger en allant vers les conditions d’une coopйration et en se donnant les moyens d’йviter les affrontements [2, 50].

Vivre dans une expйrience interculturelle, d’aprиs Nathalie Bernoud Belhoste, signifie кtre un sujet en perpйtuelle mutation :partir pour rentrer, s’кtre transformйe au contact de l’altйritй radicale pour ensuite se remodeler en fonction de l’altйritй de proximitй, se dйfaire pour se refaire. Le retour а la vie d’avant n’efface pas la vie d’ailleurs. Il vaudra mieux accepter de vivre et coopйrer avec l’environnement.

La communication interculturelle, c’est d’abord un problиme de communication tout court, c’est а dire essentiellement un problиme de communication verbale. D’une faзon gйnйrale c’est le langage qui donne accиs а la culture, et en particulier aux identitйs culturelles diffйrentes de la nфtre. Dans le rapport а la culture de l’Autre, le premier obstacle auquel on se heurte, c’est l’obstacle de la langue, l’obstacle des langues.

Pour Goethe , « celui qui ne sait pas de langues йtrangиres, ne sait rien non plus de la sienne propre », et quand il note cette rйflexion, il pense surtout а cultiver une sensibilitй littйraire face а l’expйrience de la vie. Mais c’est tout autant notre corps qu’habitent nos langues.

Parler d’une autre langue, c’est pour ainsi dire me glisser dans la peau d’un Autre que je dйcouvre кtre moi, c’est exposer mon corps aux semblants d’in miroir linguistique qui le transfigure et me renvoie l’image de mimiques йtrangиres qui sont pourtant les miennes et oщ je ne me reconnais pas. Je pose ma voix autrement, vers l’avant en italien, et en arriиre si je parle castillan. Ouverte ou fermйe, la base articulatoire de « chacune langue » met bien plus en jeu que l’oreille ou la bouche et, au-delа, que les organes phonateurs. Cette aussi toute la cage thoracique, l’abdomen lui-mкme et finalement l’ensemble du corps qui parlent de concert.

Le langage n’est pas seulement un instrument de communication. C’est aussi un ordre symbolique oщ les reprйsentations, les valeurs et les pratiques sociales trouvent leurs fondements. Les reprйsentations et les valeurs а travers lesquelles une sociйtй construit sa vision du monde et son identitй rйsident essentiellement dans le langage, celui ci est ainsi l’agent fondamental de la socialisation de l’individu et de son intйgration а la culture. Mais la culture elle mкme n’est pas extйrieure а l’ordre du discours : le langage ne se contente pas de mettre des « noms » sur des objets physiques et culturels, il est le champ oщ ces objets sont produit comme reprйsentations sociales (reprйsentations qui informent et orientent les pratiques), plus qu’un reflet de la rйalitй culturelle, il est la condition constitutive de sa possibilitй [3, 84].

La communication avec des personnes appartenant а une autre nationalitй, а une autre culture, pose d’abord des problиmes linguistiques.

Pour apprйhender et comprendre ces attitudes et ces mйcanismes, il convient d’йtudier la maniиre dont ils s’йlaborent et donc d’en retracer la genиse de l’enfance а l’вge adulte.

Les situations interculturelles sont toutes celles dans lesquelles des individus, des groupes et des institutions (йducation, santй, justice), appartenant а des communautйs diffйrentes, entrent en contact entre eux.

La recherche interculturelle est а le but d’analyser les problиmes du sens qui conditionnent des configurations socioculturelles ;

-Observer comment s’organisent, s’expriment et se lйgitiment les relations des individus aux groupes et aux codes culturels.

La compйtence interculturelle est l’un des buts de l’enseignement linguistique, c’est agir de maniиre normative. Etre compйtent sur le plan interculturel veut dire penser et agir d’une faзon moralement souhaitables et faire de la compйtence interculturelle un objectif de l’enseignement linguistique signifie donner des indications prйcises sur la maniиre dont il convient de se conduire [4, 10].

Dans l’approche communicative et dans celle qui lui a succйdй, l’approche interculturelle, la perspective s’est ainsi dйplacйe de l’enseignement vers l’apprentissage c’est а dire de la conception des mйthodes d’enseignement universelles vers la prise en compte des caractйristiques de groupes spйcifiques d’apprenants (вge, sexe, profession, milieu linguistique ou socioculturel) ou individus (besoins, connaissance antйrieure du monde, de l’environnement socioculturel cible ou d’autres langues, degrй d’intйrкt et de motivation, capacitйs et aptitudes) des connaissances dйclaratives vers les connaissances procйdurales c’est а dire de la dйfinition de ce que les йlиves sont censйs apprendre (contenus linguistiques et socioculturels) vers leur faзon d’apprendre (techniques et stratйgies d’apprentissage) [5, 15].

A l’heure de l’intensification des йchanges, des mobilitйs et des migrations tant individuelles que collectives, « la communication interculturelle »semble кtre le mot magique qui ouvrirait les portes а la comprйhension de « l’ autre diffйrent », ou perзu comme tel. Les sociйtйs, notamment d’accueil, sont soucieuses de gйrer cette pluralitй linguistique et culturelle, de plus en plus instable et donc de plus en plus incontrфlable, а des fins d’une cohйsion nationale. Consйquemment, elles pratiquent de la catйgorisation statutaire s’appuyant sur la seule appartenance ethnique, nationale ou culturelle, engendrant des assignations identitaires et consйquemment des formes de discrimination de cet « autre imaginй ». Cette tвche revient gйnйralement а l’Etat, relayй par les institutions, grand «catйgorisateur» de l’individu et plus spйcifiquement de cet « autre » venant d’un « ailleurs » social et culturel [6, 36].

L’interculturel est induit par nos rйalitйs de vie. Vies des voyageurs considйrablement facilitйes par les nouveaux moyens de communication. Mais aussi vies de citoyens de pays de plus en plus mйtissйs.

Penser « l’interculturel en formation » c’est affirmer qu’il est possible de se former а la connaissance et а la pratique de sa propre culture et conjointement, de la culture de l’autre. L’autre, aujourd’hui s’est gйnйralisй et rapprochй. Il vient а nous ou nous allons а lui а travers de multiples dйplacements, des communications а distance. Se former а ces rencontres, а ces йchanges, а ces coopйrations, а ces conflits est aujourd’hui une tвche qui concerne de plus en plus de personnes.

Selon Ruben les recherches sur la communication interculturelle tentent de rйpondre а quatre besoins :

-le besoin d’expliquer les йchecs des sйjours а l’йtranger,

-le besoin de prйdire le succйs а l’йtranger,

-le besoin de dйvelopper des stratйgies de selection pour le personnel devant кtre affectй а l’йtranger,

-Le besoin de mettre sur pied des programmes de formation et de prйparation des sйjournants [7, 230].

On peut distinguer deux approches complйmentaires dans la recherche interculturelle. Premiиrement, l’йtude de la diversitй culturelle, avec ou sans comparaison explicite entre les cultures, permet de mieux comprendre l’ensemble des sociйtйs humaines, et par le miroir de l’altйritй, de mieux comprendre l’ensemble des sociйtйs humaines, et par le miroir de l’altйritй, de mieux comprendre sa propre sociйtй. Dans les sciences humaines, une mйthode comparative permet de remettre en question des thйories йtablies dans un contexte particulier, mais trop souvent considйrйes a priori comme universelles. D’autre part, dans le monde actuel, les contacts entre groupes culturels se multiplient, dans des situations et pour des raisons fort diverses. Une grande partie de la recherche interculturelle porte sur l’ensemble des phйnomиnes liйs а ces contacts [8, 11].

Aujourd’hui, les relations entre les diffйrents pays et les diffйrentes cultures ne cessent de se dйvelopper. Les voyages, les йchanges commerciaux, le tourisme, les congrиs scientifiques ou professionnels multiplient les occasions de contact. Les jeunes sont spйcialement sensibilisйs а cette communication interculturelle, tant par leur goыt des voyages que par l’intйrкt qu’ils montrent pour la rencontre de l’autre. Ils tendent а se retrouver d’ailleurs dans une mкme culture cosmopolite : ils portent les mкmes jeans, suivent les mкmes modes, йcoutent les mкmes musiques et se passionnent pour les mкmes stars du sport, du cinйma ou de la chanson.

La communication interculturelle est devenue un enjeu et un dйfi auxquels entendent rйpondre les initiatives de divers organismes nationaux ou internationaux, institutions йducatives, associations culturelles. Pour ceux qui organisent et animent des rencontres interculturelles, la finalitй principale mise en avant est que les participants (et particuliиrement jeunes, qu’on se reprйsente comme porteurs de l’avenir) apprennent а communiquer entre eux, а mieux se connaоtre et а se dйcouvrir au-delа des prйjugйs, des stйrйotypes et des clivages de leurs cultures d’origine. (Pйdagogie de la communication interculturelle [9, 318].

L’adjectif « interculturel » renvoie а notre sens, au processus dans lequel des contacts entre des personnes d’origines diffйrentes sont йtablis dans le but, par exemple, de dialoguer , d’йchanger, de nйgocier, de gйrer des conflits, de gйrer des йquipes mixtes, d’йduquer ou d’apprendre grвce а leur compйtence dite interculturelle.

D’aprиs Pu (2004), la mobilitй aide а engager la relation а l’altйritй et а essayer de la comprendre. La richesse de son vйcu а l’йtranger et ses expйriences, son habitude de l’йtrangйtй exotique aident l’individu а mieux comprendre ou accepter « l’inhabituel » L’un des objectifs principaux de la communication interpersonnelle entre partenaires culturellement diffйrents est l’acquisition d’une compйtence interculturelle.

Par compйtence interculturelle nous entendons la capacitй des personnes а observer, analyser tous les aspects du comportement de leurs interlocuteurs йtrangers, а en prendre conscience ainsi qu’en tirer des enseignements afin d’y adapter leur propre comportement.

Les capitaux langagiers font partie des capitaux culturels. Mieux je sais ma langue maternelle, par exemple, plus profondйment je la maоtrise, et plus je suis capable de conduire un apprentissage efficace d’une langue йtrangиre. Plus je connais et pratique de langues, plus j’ai de facilitйs а en acquйrir d’autres. Plus j’ai йtй exposй jeune а des langues йtrangиres plus j’ai des chances d’accйder vite et bien а la maоtrise d’une ou de plusieurs d’entre elles. Plus la biographie langagiиre d’un apprenant est riche, en langue maternelle comme en langues йtrangиres, puis il sera, de maniиre mйcanique, un bon йlиve. Ainsi voit que les hйritages ne sont pas neutres en regard de la question des apprentissages. Tout apprenant est caractйrisй par des habitus.

L’habitus est le principe ordonnateur des choix culturels d’un individu, de ses goыts, de ses prйfйrences, principe dont, la plupart du temps, l’intйressй n’a pas conscience. C’est la grille selon laquelle j’entre en rapport avec le monde et avec les autres, c’est ce qui me « distingue » me fait ce que je suis, me donne une identitй aux yeux des autres, c’est а dire mon individualitй sociale.

Les habitus d’un individu dit Bourdieu sont donc pour une part hйritйs, et pour une autre part, appuyй sur l’hйritage, acquis par l’individu lui mкme. Ils caractйrisent ainsi la double dimension de mon identitй, а la fois sociale et personnelle. Chacun d’entre nous est donc caractйrisй par ses habitus, qui interviennent dans tous les choix, tous les actes, de sa vie [10, 39].

Selon M. Byram: «la compйtence interculturelle est l’un des buts de l’enseignement linguistique, c’est agir de maniиre normative. Etre compйtent sur le plan interculturel veut dire penser et agir d’une faзon moralement souhaitable et faire de la compйtence interculturelle un objectif de l’enseignement linguistique signifie donner des indications prйcises sur la maniиre dont il convient de se conduire. On peut faire appel ensuite а des normes explicites, par exemple, les standards normatifs des droits de l’homme, mais ceci suppose un accord sur les normes que l’on doit crйer de nouveau dans chaque contexte oщ l’enseignement de langues a lieu. Ces termes font йcho aux principes europйens de good gouvernance et de good/ best practices а tous les niveaux de la vie publique et de la vie йconomique » [4, 9].

Pour G. Zarate, les connaissances acquises empiriquement dans la culture maternelle interfиrent directement dans la saisie de la culture йtrangиre. L’initiation а l’apprentissage d’une langue йtrangиre doit entraоner les йlиves а la perception de ces phйnomиnes qui conditionnent la vision orientйe

d’une culture, connaissances empiriques et partiales qui sont, en fait йgalement mйconnaissance.

Les conditions de la rйussite de cette dйmarche pйdagogique. 1. Obtenir l’adhйsion de la classe;

2. Partie de la diversitй des individus et de leurs personnalitйs, 3.Mettre en valeur et respecter la diversitй, 4. Structurer dйroulement du projet, mais

« laisser-vivre » simulation, 5. Intйgrer toutes les activitйs pйdagogiques au projet, laisser une trace du travail effectuй.

De sa part, G.Zarate :

«La dйfinition de la compйtence culturelle а acquйrir dans une culture йtrangиre se trouve ainsi dйplacйe de la thйsaurisation de «savoirs essentiels » sur des sujets « importants» а une capacitй de rйfйrer et а dйchiffrer les mйcanismes allusifs du discours».

Dans cette optique, une compйtence de communication doit кtre comprise comme un ensemble de compйtence de survie et d’orientation de nos apprenants dans la culture cible, englobant l’apprentissage de la langue dans une dйmarche systйmique, en sйlectionnant et en organisant un certain nombre de connaissances actives reinvestissables et de stratйgies fondamentales qui devront s’avйrer opйrationnelles et transfйrables dans n’importe quel contexte culturel [11, 27].

Les compйtences culturelles nйcessaires а la communication avec l’autre, porteur de rйfйrences culturelles diffйrentes, en vue d’acquйrir des compйtences linguistiques appropriйes aux situations rencontrйes.

La compйtence interculturelle est l’un des buts de l’enseignement linguistique, c’est agir de maniиre normative. Etre compйtent sur le plan interculturel veut dire penser et agir une faзon moralement souhaitable et faire de la compйtence interculturelle un objectif de l’enseignement linguistique signifie donner des indications prйcises sur la maniиre de se conduire.

Connaоtre l’йtranger, sa langue, son pays et sa culture, n’est que la moitiй du chemin, c’est le reconnaоtre dans son altйritй et mais l’accepter (s’йtant soi-mкme relativisй par rapport sa propre culture) qui est а la fois le plus rare, le plus difficile et le plus nйcessaire.

 

References

  1. Yanaprasart P. Dimension socioculturelle dans la communication professionnelle / Le cas du contexte franco-thai. – Berne: Peter Lang, 2002. – P. 246.
  2. Porcher L. Le franзais langue йtrangиre / Emergence et enseignement d’une discipline. – Paris: Hachette education, 1995. – P. 105.
  3. Ladmiral J.R., Lipiansky E.M. La communication interculturelle. – Paris: Armand Colin, 1992. – P. 84 – 95.
  4. Byram M. La compйtence interculturelle / Politiques linguistiques. – Strasbourg: Editions du Conseil de l’Europe, 2003. – P. 156.
  5. Neuner G. Les mondes socioculturels intermйdiaires dans l’enseignement et l’apprentissage des langues vivantes; Byram M. La compйtence interculturelle / Politiques linguistiques. – Strasbourg: Editions du Conseil de l’Europe, 2003. – P. 156.
  6. Sayad A. Immigration et pensйe d’Etat // in Actes de la recherche en Sciences sociales, Sept., Dйlits d’immigration. – Paris: Seuil, 1999. – P. 14.
  7. Ruben B.D., Kealey D.J. Behavioral assessment of communication competency and the prediction of cross-cultural adaptation / International Journal of Intercultural Relations. – 1979. – №3. – P. 15-47.
  8. Dasen P.Perregaux C. Pourquoi des approches interculturelles en sciences de l’йducation. –Bruxelles: De boeck., 2002. – P. 320.
  9. Demorgon J.Lipiansky E., Carpentier M. Guide de l’interculturel en formation. – Paris: Retz, 1999. – P. 270.
  10. Porcher L.Bourdieu P. La distinction. – 1995 P. 250.
  11. Zarate E.G. Reprйsentations de l’йtranger et didactique des langues. – Paris: Didier, 1994. – P. 128.
Magazine: KazNU BULLETIN
Year: 2015
City: Almaty
Category: Philology
loading...